Le Sénateurs Jean-Guy Dagenais a rendu hommages aux policiers canadiens impliqués dans la lutte au terrorisme.

 

Monsieur le président,

Collègues sénatrices et sénateurs,

Je veux prendre quelques minutes, aujourd’hui, pour rendre hommage à nos policiers canadiens qui participent à la lutte au terrorisme.

Les arrestations effectuées la semaine dernière à Toronto et à Montréal nous ont permis de constater à quel point le Canada n’est pas à l’abri de complots terroristes…et d’apprécier l’efficacité de nos services.

Les informations fragmentaires divulguées par la Gendarmerie Royale du Canada ont été suffisantes pour nous faire réaliser l’ampleur de l’acte qui se préparait, soit attaquer un train de passagers de Via Rail reliant Toronto à New-York.  En plus des morts et des blessés que cela aurait fait, on peut facilement imaginer les dommages qu’un tel attentat terroriste, en sol canadien, aurait causés à la réputation internationale de notre pays.

Il est donc important pour moi de remercier publiquement nos policiers, toutes forces confondues, pour leurs efforts à lutter contre le terrorisme et à protéger nos citoyens.

Et je vais les nommer plus spécifiquement.  En plus de la GRC, les services de police de Toronto et de Montréal, la Police provinciale de l’Ontario et la Sûreté du Québec ont collaboré.  Les policiers de York, de Peel, de Durham, de Via Rail et du CN ont également participé à l’enquête, tout comme l’Agence canadienne de renseignements et l’Agence canadienne des services frontaliers, sans oublier le FBI, avec lequel il est important de travailler compte tenu que le Canada pourrait servir de dormoir pour certains groupes terroristes.

Il s’agit donc d’un travail d’équipe qu’on peut qualifier d’EXCEPTIONNEL.

Nous pouvons être très fiers de leur travail.

As a former policeman, I want to tell you how proud I am today to see the result of their team work to fight terrorism and secure our country.  I want to thank all of them for this operation.

Lutter contre le terrorisme, c’est un véritable travail chirurgical pour les services de police:

  • Identifier les suspects;
  • Les épier sans se faire repérer;
  • Décoder leurs habitudes et leur langage;
  • Accumuler les preuves;
  • Les neutraliser.

Dans ce cas-ci, nos policiers ont mis un an à surveiller ceux qui sont aujourd’hui accusés dans cette affaire.

  • Un an de travail pour collecter une preuve suffisante afin de porter des accusations devant nos tribunaux.
  • Un an à attendre le moment opportun pour intervenir;  et surtout, intervenir avant que ceux-ci mettent leur plan à exécution et tuent des innocents.

Pour plusieurs citoyens, le terrorisme était plutôt en veilleuse depuis quelques années.  Au point où certaines mesures de sécurité, mises en place à la suite de l’attentat de septembre 2001 à New-York, commençaient même à être relaxées parce que trop contraignantes pour certains voyageurs.

Les événements du marathon de Boston ont eu pour effet de vite raviver à notre mémoire de bien mauvais souvenirs.

Mais nous étions loin de penser que nos policiers canadiens étaient sur le point de faire avorter dans les jours suivants, un acte tout aussi grave qui se préparait chez-nous.

Je siège au comité du Sénat sur l’antiterrorisme depuis mon arrivée dans cette Chambre.

Les intervenants que nous avons entendus nous font comprendre qu’il faut demeurer vigilants en tout temps.

Comme vous avez pu le constater, le temps a peu d’importance pour les terroristes.  Ces gens-là s’installent chez-nous, étudient, travaillent, passent souvent pour de bons voisins.

Sans faire du profilage, il est important que nous demeurions alertes et que les citoyens collaborent avec nos policiers pour enrayer les ambitions des terroristes.

Notre qualité de vie en dépend.

FacebookTwitterEmailPrintPartager vers d'autres services