Hommage au maire Ulrick Chérubin

 

9 octobre 2014 – Le Sénateur Jean-Guy Dagenais a rendu hommage au maire de la municipalité d’Amos, M. Ulrick Chérubin, décédé subitement le 25 septembre 2014.  Il a brossé un tableau de ses réalisation et salué son dévouement pour sa communauté.

Priorité au discours prononcé
Monsieur le président,
Collègues sénateurs,

Je prends quelques minutes, aujourd’hui, pour rendre un hommage sincère à un maire du Québec pour qui j’avais beaucoup d’admiration.

Je veux parler du maire d’Amos en Abitibi, Monsieur Ulrick Chérubin, décédé subitement le 25 septembre dernier, à l’âge de 70 ans.

Cet homme a eu un parcours de vie et un parcours politique loin d’être singuliers.

Né à Jacmel en Haïti, Monsieur Chérubin est arrivé au Canada en 1970.  Il avait 27 ans.

C’est à Trois-Rivières qu’il s’est d’abord installé pour compléter ses études à l’Université du Québec afin de devenir enseignant.  Quelques années plus tard, après avoir enseigné la théologie à Cap-de-la-Madeleine, il choisit de pousser son immersion en sol canadien, encore plus au nord, et d’aller s’installer à Amos en Abitibi.

On peut dire que le froid et l’isolement de ses semblables ne lui faisaient pas peur.

Son intégration comme immigrant a été plus que réussie.

L’Haïtien est vite devenu un Haïtibien.

Le professeur Chérubin et sa famille ont été plus qu’impliqués  dans la communauté d’Amos.

Vingt ans après son arrivée, l’enseignant plonge en politique et devient d’abord conseiller municipal.   Puis, probablement inspiré par son compatriote René Coicou, qui était devenu le premier maire noir d’une ville du Québec, la Ville de Sept-Iles, il se présente à la mairie en 2003 et se fait élire maire d’Amos.

En novembre 2013, ses concitoyens le réélisent pour un quatrième mandat consécutif avec 73 % des votes.  Peu de gens réussissent de telles performances électorales.

Le dévouement de ce maire dépassait largement les limites de sa ville.  Je l’ai personnellement connu dans des réunions de la Fédération des municipalités du Québec.  C’était un vrai leader du monde municipal.  Tous aimaient le maire Chérubin.

En 2004, il a reçu de l’Association des professionnels et gens d’affaires noirs du Canada, le prestigieux prix Jackie Robinson comme pionnier de la communauté noire au Canada.

Je veux terminer avec une anecdote récente qui fait preuve de son engagement.

À l’automne de 2013, le maire Chérubin s’inscrit pour devenir concurrent à la populaire émission de télé « Le Banquier », le pendant québécois de Deal or no Deal.

Il est choisi parmi des milliers de participants et son apparition à l’émission lui a permis de mettre la main sur 222 500 $.  Il avait décidé d’utiliser cet argent pour organiser les fêtes du centenaire de la Ville d’Amos en 2017.

Vous comprenez maintenant qu’Amos a perdu un grand maire.  Que le Québec et le Canada, on perdu un grand citoyen immigrant.

Je veux donc vous inviter à saluer avec moi  tout ce qu’il a fait pour sa communauté.

FacebookTwitterEmailPrintPartager vers d'autres services