LE SÉNATEUR JEAN-GUY DAGENAIS SALUE LE DÉPART À LA RETRAITE DE LA SÉNATRICE SUZANNE FORTIN-DUPLESSIS

 

Ottawa – Le sénateur Jean-Guy Dagenais a profité de la période allouée aux déclarations des sénateurs à la séance du Sénat du 3 juin 2015, pour rendre hommage à la sénatrice Suzanne Fortin-Duplessis. Celle ci quitte ses fonctions à la fin de la présente session pour une retraite après avoir été députée, ministre dans le gouvernement Mulroney et sénatrice.

DÉCLARATIONS DE SÉNATEURS

Le mercredi 3 juin 2015

Hommages

L’honorable Suzanne Fortin-Duplessis

L’honorable Jean-Guy Dagenais : Honorables sénatrices et sénateurs, je prends la parole aujourd’hui en cette Chambre pour saluer le départ de notre charmante collègue, la sénatrice Suzanne Fortin-Duplessis, qui nous quitte après de nombreuses années de service, tantôt à la Chambre des communes comme députée et ministre d’un gouvernement conservateur puis, jusqu’à aujourd’hui, à titre de sénatrice conservatrice.

Ce n’est pas tant à la sénatrice que je veux m’adresser cet après-midi. Je veux plutôt parler à mon amie Suzanne.

Je me souviens, comme si c’était hier, de notre première rencontre au printemps 2011. C’était lors d’une réunion politique à Victoriaville, où il y avait plusieurs candidats conservateurs. Je ne la connaissais pas, mais cette élégante dame s’est approchée de moi pour m’encourager dans mon engagement politique auprès des conservateurs. Ses bons mots ont rassuré le politicien novice que j’étais, mais j’étais loin de penser qu’un jour, nous allions nous retrouver sur ces banquettes.

Lorsque je suis arrivé au Sénat en 2012, ce fut un grand plaisir pour moi de la retrouver. Depuis que je suis ici, j’apprécie chacun de nos petits déjeuners à la cafétéria tous les mercredis matin avant le caucus conservateur du Québec. C’est là que j’ai connu la véritable Suzanne Fortin-Duplessis. J’ai découvert une femme politique aguerrie par ses années au sein du cabinet du premier ministre Brian Mulroney. Une femme capable d’une écoute et d’une ouverture à la discussion, mais aussi capable de fermeté quand vient le temps de défendre ses idées et celles de notre gouvernement. Je peux vous dire que nos rencontres du mercredi matin, et bien d’autres au fil des ans, ont été pour moi très enrichissantes.

Sur le plan politique, il y a chez la sénatrice Fortin-Duplessis un mélange de sagesse et de fermeté que j’admire. C’est sans doute ce qui lui a permis de se distinguer dans chacun de ses engagements. Aussi, je ne peux passer sous silence son assiduité à tous nos travaux et à toutes nos activités. Elle a été une sénatrice exemplaire à cet égard, et que dire de son esprit d’équipe, une qualité qui est nécessaire lorsqu’on s’engage à servir en politique.

Cependant, ce n’est pas d’hier que la sénatrice Duplessis joue en équipe. Ses engagements personnels, tant au niveau scolaire qu’au sein de l’église, à l’université et dans le monde syndical, ont toujours été soulignés et reconnus par ceux et celles qui ont travaillé avec elle.

Ensuite, ce fut la politique, d’abord comme la première femme élue conseillère municipale pour la Ville de Sainte-Foy, puis comme députée conservatrice de la circonscription de Louis-Hébert où, je ne puis m’empêcher de le rappeler sur un ton très amical, elle avait battu un certain libéral du nom de Dennis Dawson.

Sénatrice Duplessis, ce fut un grand plaisir de vous côtoyer. Je suis convaincu que votre vie publique et sociale ne s’arrêtera pas au moment de votre retraite du Sénat, et que, dans un avenir rapproché, nous pourrons nous revoir, vous et votre charmant époux, Maurice, pour passer d’agréables moments dans la belle ville de Québec.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne retraite!

FacebookTwitterEmailPrintPartager vers d'autres services