HOMMAGE À LA VILLE DE PRÉVOST

 

LE SÉNAT

Le mercredi 11 mai 2016
L’honorable George J. Furey, Président

Le Québec

La ville de Prévost

L’honorable Jean-Guy Dagenais : Honorables sénateurs, je profite de la présence de ces visiteurs parmi nous aujourd’hui, y compris ma petite sœur, Mme Francine Forget Dagenais, pour vous parler de la belle ville de Prévost, dans les Laurentides.
Fondée en 1927, cette municipalité située à 10 kilomètres au nord de Saint-Jérôme a longtemps été considérée comme la porte d’entrée des Laurentides. Depuis 1973, les villes voisines de Shawbridge et de Lesage ont été jumelées à celle de Prévost, ce qui a entraîné une expansion résidentielle rapide de gens qui voulaient à la fois profiter de la proximité de Montréal et jouir de la beauté des Laurentides. Ce jumelage, qui date de plus de 40 ans, a donné à Prévost toute une histoire dont je voudrais partager quelques pages avec vous aujourd’hui.

D’abord, le nom de la ville de Shawbridge provenait de la famille Shaw, des Irlandais qui ont joué un rôle important dans le développement économique de cette région. Bien avant les péages aujourd’hui disparus de l’autoroute des Laurentides, la famille Shaw avait fait construire un pont à péage, baptisé le pont Shaw, pour réunir les deux rives de la petite rivière du Nord. À cette époque, au début des années 1900, il fallait débourser 5 cents pour le traverser, et ceux qui refusaient de payer devaient se pelleter un chemin sur la glace en hiver pour se rendre de l’autre côté.

Le transport ferroviaire a aussi joué un rôle très important dans le développement de la ville de Prévost. Les voies du Canadien National et du Canadien Pacifique se croisaient à cet endroit. Elles se croisaient tellement que, à une époque, il y avait trois gares de chemins de fer. Peut-on imaginer ce que serait aujourd’hui le tourisme dans les Laurentides si un train rapide desservait la région… au lieu des pistes cyclables? D’ailleurs, de 1937 au milieu des années 1960, c’est en train que les Montréalais voyageaient pour aller faire du ski dans les Laurentides, qui comptaient à l’époque trois pentes, y compris la première pente canadienne avec un remonte-pente motorisé.

C’est aussi dans le secteur Shawbridge de la ville de Prévost que commence la fameuse piste de ski de fond Maple Leaf, tracée en 1920 par le légendaire Hermann Smith-Johannsen, mieux connu sous le nom de Jack Rabbit.

Deux anecdotes marquent aussi l’arrivée des femmes sur le marché du travail. D’abord, la construction de la première gare du Canadien Pacifique a eu lieu en 1898 sur un terrain appartenant à la famille Shaw, laquelle avait exigé qu’il y ait toujours un membre de sa famille à l’emploi du CP. C’est ainsi que Georgina Shaw a été la première femme agente de station ferroviaire. Elle a occupé cette fonction de 1907 à 1944.

C’est aussi la ville de Prévost qui a accueilli la première femme chauffeuse de taxi. Minnie Urichuck avait lu dans un journal qu’il y avait une pénurie de chauffeurs, au moment où les hommes étaient réquisitionnés durant la Seconde Guerre mondiale. Elle s’est donc rendue à Montréal, où elle a convaincu le propriétaire de la compagnie de taxi Diamond de lui donner un emploi de chauffeur. C’était du jamais vu.

Je m’arrête ici mais, si le cœur vous en dit, je vous invite à visiter la ville de Prévost, qui offre un circuit touristique dont l’histoire mérite d’être connue.

Merci à tous.

FacebookTwitterEmailPrintPartager vers d'autres services